Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/10/2010

Histoire de patrimoine ...

 

 

Ce dimanche 19 septembre après midi, le service culturel municipal, organisait pour sa troisième année,

La journée 2010 du Patrimoine de Vendargues

patrimoine 2010 suite.JPG

Cette année nous avons eu la chance de visiter une partie très intéressante du vieux village, la rue de la Fontaine et le quartier de la Bertassade. Guidés par M. POUGET Richard, historien local, nous avons eu les explications sur l'origine du quartier, ses familles fondatrices, ses constructeurs, ces docteurs régents en l'université de médecine de Montpellier qui ont côtoyé Rabelais, anciens propriétaires de ces maisons, qui pour certaines ont été construite dans le courant du XVIème siècle avec des salles en voûtes à nervures en arc de cloître. Nous avons ensuite pu voir la Fontaine qui a donné le nom à la rue. Pour la première fois depuis plus de quarante ans le site a été dégagé de sa végétation grâce à l'action des services techniques qui ont posé une plaque "Point de vue". Cette fameuse fontaine que beaucoup de nouveaux vendarguois n'avaient jamais vu fut découverte il y a plusieurs siècles par les premiers carriers. Arrivés au bas du banc de pierre à plus de quinze mètres de la surface, ils sont tombés sur une faille d'où l'eau jaillissait. Elle provenait d'une sorte de rivière souterraine qui jamais ne tarissait, même dans les années de grande sècheresse. Aménagée par les consuls de la communauté, par des escaliers taillés dans la pierre de la carrière, les habitants descendaient puiser l'eau quand tous les puits du village étaient à sec. Elle fut abandonnée à la fin du dix-neuvième siècle au profit du puits public. De là nous nous sommes déplacés sur le site du complexe FUXA où nous a été conté l'origine de cet ensemble de bâtiments qui fut en 1872 la ferme d'un riche Vendarguois Jacques RAYMOND qui ayant commencé comme son père et son grand-père comme maréchal ferrant, s'est mis a distiller le vin et a fait fortune. La salle Armingué était "le chais" où il entreposait le vin dans d'immenses foudres, les alambics étaient dans les petits bâtiments derrière. Sur le terre-plein élevé où se font les vides greniers, nous avons appris qu'à l'origine c'était un grand verger avec des légumes et des arbres fruitiers. Nous avons pu voir le trou du puits à roue qui avait une noria sur une butte ou tournait un cheval les yeux bandés pour monter l'eau. Ensuite à dix mètre de là, nous avons visité l'intérieur du puits public qui était surmonté d'un moulin à vent et qui montait l'eau au bassin du cimetière. Quand ce puits fut creusé en 1902 on ne trouva pas l'eau et on creusa une galerie horizontale jusqu'au puits de la ferme Raymond. Cette Ferme fut transmise par héritage au petit neveu de la fille de Jacques Raymond , morte sans descendance qui s'appelait Emile Forestier, avant d'être reprise par la communauté de Vendargues et devenir le centre FUXA.Patrimoine 201.JPG

 

La soirée se terminait par une conférence sur les légendes et mystères de Vendargues où nous avons appris comment les Vendarguois avaient vécu le bombardement de la gare du Crès, la chute du bombardier dans un champ entre Vendargues et Castries, le piratage par la jeunesse de Vendargues des canons antichar de l'Africa Corps qui était en fuite, grâce au témoignage devant nous d'Adrien ITIER, jeune intervenant de l'époque, la légende des croix disparues, des souterrains de Vendargues, des symboles sur le fronton de l'église, de la maison Serre, des croix sur les linteaux de certaines portes. Avec pour finir, l'histoire de Vendargues sous la baronnie de Castries au seizième siècle entre l'épidémie de peste et les premiers troubles religieux où nous avons appris, grâce au travail de déchiffrement de M. Pouget sur des actes anciens, l'origine du four public à cuire le pain des habitants du village par un acte passé entre le seigneur baron Henri de la Croix dit d'Ussel seigneur baron de Castries et autres seigneuries et l'ensemble des habitants de la communauté à une époque lointaine, (il y a plus de 500 ans sous le roi François premier), où il y avait déjà à Vendargues des habitants portant le nom de Gleyse et Itier.

 

Nous étions très nombreux, certains venus des villages voisins avec parmi nous la présence intéressée de nos anciens et des pensionnaires du Mas Marguerite, la maison de retraite de Vendargues.

 

Pour consulter tous les travaux de recherche sur l'histoire locale, voir sur le site internet de Vendargues à la section culture et traditions – Histoire et Patrimoine.

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.